Retour à l'accueil Retour à l'accueil
 Contact   Qui sommes nous   Inscrivez votre site   Publicité 
 
 

Choisissez les Professionnels par Département ou Région - Cliquez ici
Achat-Vente-Expertise 
 Antiquités
 Galeries d'Arts
 Etudes - Enchères
 Cotes Argus
 Experts - Laboratoires
 Commissaires Priseurs

Meubles Volés 
 Cheminée Italienne
 FaÏences & meubles

Galerie des Artistes 
 Peintres
 Sculpteurs
 Ecrivains

Les Professionnels 
 Ebénistes
 Restaurateurs
 Matériaux anciens
 Marbres - Granits
 Agencements
 Staffs
 Marqueterie
 Parquets
 Eclairage d'art
 Tapis - Tentures
 Décorateurs - Ensembliers
 Tapissiers - Décorateurs
 Doreurs - Argenteurs
 Fondeurs d'Ameublement
 Laqueurs Vernisseurs
 Cristaux - Faïences
 Vitraux
 Gravures
 Trompe l'oeil - Fresques
 Reliures d'Art
 Luthiers
 Enluminure
 Héraldistes

Formation Beaux Arts 
 Grandes Ecoles
 Lycées Ecoles
 Ateliers & Organismes
 Syndicats - Fédérations

Découverte 
 Châteaux
 Musées
 Musées du Monde

Services Pro 
 Organisation de Salons
 Médias spécialisés

Les Dossiers 
 Le Potager du Roi
 La Place Stanislas
 Le Village de Bouzigues
 Le Style Rocaille
 L'Absinthe
 Madame Récamier
 Madame de Staël
 Berthe Morisot
 Frederic Bazille
 Emile Gallé
 André - Charles Boulle
 Pierre Joseph Redouté
 André Le Nôtre
 Nicolas Fouquet
 Claude Debussy
 Jean Baptiste Lully
 Paul Bigot
 Jules Barbey d'Aurevilly
 Saint Nicolas - Père Noël
 Dynastie Guerlain
 Coco Chanel
 Karl Fabergé


Lire notre dossier sur Redouté


Lire notre dossier sur André le Notre, les jardins à la Française, Versailles


Plus d'infos sur notre dossier "Charles Boulle"


lire le dossier sur Karl Fabergé, L'oeuf et la poule...


lire notre dossier sur Guerlain parfumeur


Lire le dossier Emile Gallé "la nature dans le verre"

 
 
Jules Barbey D'Aurevilly - "L'écrivain Dandy"



Jules Amédée Barbey d’Aurevilly est né en 1808 à Saint-Sauveur-le-Vicomte dans une famille austère et monarchiste du Cotentin.

Les landes normandes le fascinent, c’est une région de mystères qu’il admire depuis sa petite enfance et qu’il relatera souvent dans ses écrits romanesques. Très tôt, son imaginaire d’enfant est transporté par les récits de la chouannerie normande que lui conte Jeanne Roussel la servante de sa grand-mère.

 

A 19 ans il part à Valognes chez son oncle Pontas du Méril, ses parents ayant tenté, sans succès, de le faire entrer dans une école militaire.

De 1827 à 1829 il étudie au collège Stanislas où il est reçu bachelier. Il y fait la connaissance du poète romantique Maurice de Guérin avec lequel il partage des amitiés communes, dans les salons parisiens, comme George Sand et Trébutien. Entre 1829 et 1833, de retour en normandie, il poursuit ses études de droit à l’université de Caen et obtient sa licence. Entre temps, en 1832, il s’initie au journalisme dans la Revue de Caen qu’il fonde avec son cousin et son ami le bibliothécaire Trébutien. Il y publie sa première nouvelle.

Son amitié avec Trébutien, qui sera aussi son éditeur, ne tarira jamais jusqu’à la mort de celui-ci en 1839, ils échangeront une considérable correspondance littéraire.

 

En 1833 il rompt toute relation avec ses parents, retourne à Paris et y fréquente les salons en vogue. Il ne se réconcilie avec eux qu’en 1851.

Il produit un grand nombre d’œuvres diverses parmi lesquelles des romans, Une Vieille Maîtresse en 1851, L’Ensorcelée en 1854, Le Chevalier des Touches en 1864.

Il écrit également des nouvelles, Les Diaboliques en 1874, une œuvre qui l’entraînera dans un procès, retentissant d’impopularité, pour outrage à la morale publique et rédige des études littéraires.

 

Il passe, à juste titre, pour un artiste littéraire polémiste très original mais d’une grande éloquence. On trouve en Barbey d’Aurevilly un singulier mélange de catholicisme (rédacteur pendant un temps à la revue du Monde Catholique), de dandysme (il fait publier une étude sur George Brummel célèbre dandy anglais) et, paradoxalement, de satanisme.

 

L’artifice et le souci de la mise en scène se trahissent dans sa personne. La plupart de ses diableries qui se veulent être abominables et horrifiques ne sont guère qu’innocentes. Le talent de ce libertin est quelque chose de violent et de délicat, d’amer et de raffiné.

 

En 1889, après une existence pleinement vécue, mais financièrement plus pauvre que riche, il décède d’une hémorragie à l’âge de 81 ans dans le modeste logement parisien de deux pièces qu’il habite depuis 1860. Il fera de sa fidèle servante et maîtresse, Louise Read, sa légataire universelle.

 

Le saviez-vous ? citations de Barbey d’Aurevilly :

 «Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages»

«L'idéal économique des bourgeois est d'augmenter indéfiniment le nombre des consommateurs»



Rédaction du texte CGP



Petites annonces 
 Les Offres
 Les Recherches
 Poster une annonce
 Meubles & Objets volés

Actualités 
 Art & Patimoine

Espace Pro 
 Inscription Annuaire
 Inscription Galerie
 Publicité sur le site
 Logos, vignettes
 Communiqués de Presse
 Ventes aux enchères
 Création de site
 Partenaires


plus d'infos sur la Galerie Gismondi à Paris

Aller sur le site de PHILIPPE ROUILLAC - Expert, commissaire priseur

Voir le site de GALALITHE ANTIQUITES ART DECO XX SIECLE

en savoir plus sur Mr Taconné, Maitre Luthier à Bordeaux


Lire le dossier sur l'Absynthe, heure de la fée verte


Lire notre dossier sur Frédéric Bazille - L'impressionniste Languedocien


Lire notre dossier sur J.B. Lully


Lire le dossier Coco Chanel – "Un parfum de solitude et de réussite"



Google+

 
 
 Accueil   Qui sommes nous   Contactez-nous   Incrivez votre site   Publicité