Retour à l'accueil Retour à l'accueil
 Contact   Qui sommes nous   Inscrivez votre site   Publicité 
 
 

Choisissez les Professionnels par Département ou Région - Cliquez ici
Achat-Vente-Expertise 
 Antiquités
 Galeries d'Arts
 Etudes - Enchères
 Cotes Argus
 Experts - Laboratoires
 Commissaires Priseurs

Meubles Volés 
 Cheminée Italienne
 FaÏences & meubles

Galerie des Artistes 
 Peintres
 Sculpteurs
 Ecrivains

Les Professionnels 
 Ebénistes
 Restaurateurs
 Matériaux anciens
 Marbres - Granits
 Agencements
 Staffs
 Marqueterie
 Parquets
 Eclairage d'art
 Tapis - Tentures
 Décorateurs - Ensembliers
 Tapissiers - Décorateurs
 Doreurs - Argenteurs
 Fondeurs d'Ameublement
 Laqueurs Vernisseurs
 Cristaux - Faïences
 Vitraux
 Gravures
 Trompe l'oeil - Fresques
 Reliures d'Art
 Luthiers
 Enluminure
 Héraldistes

Formation Beaux Arts 
 Grandes Ecoles
 Lycées Ecoles
 Ateliers & Organismes
 Syndicats - Fédérations

Découverte 
 Châteaux
 Musées
 Musées du Monde

Services Pro 
 Organisation de Salons
 Médias spécialisés

Les Dossiers 
 Le Potager du Roi
 La Place Stanislas
 Le Village de Bouzigues
 Le Style Rocaille
 L'Absinthe
 Madame Récamier
 Madame de Staël
 Berthe Morisot
 Frederic Bazille
 Emile Gallé
 André - Charles Boulle
 Pierre Joseph Redouté
 André Le Nôtre
 Nicolas Fouquet
 Claude Debussy
 Jean Baptiste Lully
 Paul Bigot
 Jules Barbey d'Aurevilly
 Saint Nicolas - Père Noël
 Dynastie Guerlain
 Coco Chanel
 Karl Fabergé


Lire notre dossier sur Redouté


Lire notre dossier sur André le Notre, les jardins à la Française, Versailles


Plus d'infos sur notre dossier "Charles Boulle"


lire le dossier sur Karl Fabergé, L'oeuf et la poule...


lire notre dossier sur Guerlain parfumeur


Lire le dossier Emile Gallé "la nature dans le verre"

 
 
Nicolas Fouquet – "L’écureuil emprisonné"

Nicolas Fouquet est né le 27 Janvier 1615 à Paris dans une riche famille de commerçants devenue influente lors de sa  reconversion dans la magistrature.

Son père, François Fouquet, fortuné armateur est l’homme de confiance du Cardinal de Richelieu, sa mère Marie de Maupéou de souche noble est une femme charitable, estimée, bienfaitrice et considérée comme «mère des pauvres».

 

Adolescent, il fait ses études chez les jésuites au collège de Clermont (aujourd’hui collège Louis Le Grand) où il reçoit un enseignement prestigieux, l’établissement bénéficiant de la protection du Roi, après de nombreuses années de tourmente.

Passionné de chimie et de pharmacie, le jeune Nicolas aide régulièrement sa mère à la préparation de médicaments pour les pauvres.

 

Des postes à responsabilité lui sont confiés en province comme trésorier de l’Abbaye Saint-Martin de Tours et il bénéficie du Prieuré de Saint-Julien de Doüy.

Après des études de droit et avoir passé sa licence avec succès, il s’inscrit au tableau des avocats. 

 

Vers 1635, François Fouquet obtient pour son fils une charge au Parlement de Metz puis, Nicolas ayant fait ses preuves, une participation au Conseil Souverain à Nancy lui est octroyée.

En 1638 il devient associé de la Compagnie des Iles d’Amérique et succède ainsi à la part de son père. Il verra s’effondrer  ses rêves de fortune quatre ans après, à la mort de Richelieu son protecteur.

Nicolas Fouquet se tourne vers la magistrature et l’administration, il est successivement intendant de justice à Grenoble, puis maître des requêtes, en 1647 à la fin de la guerre de Trente Ans il est nommé intendant de l’armée de Picardie, intendant de la généralité de Paris l’année suivante en 1653, résultat de son ascension professionnelle et sociale (il profita de son passage aux affaires pour augmenter sa fortune dans des proportions colossales), il accède enfin au poste de surintendant des finances.

 

De sa fortune acquise plus ou moins légalement, il est propriétaire de nombreuses demeures, l’hôtel de Castille, l’hôtel de Narbonne, l’hôtel d’Emery, il fait également bâtir une grande propriété à Saint-Mandé où il donne de très grandes réceptions et y invite la Cour, un avant goût du château de Vaux-le-Vicomte.

Homme à la grande notoriété, celle de mécène entre autre, il s’entoure des artistes de talent les plus en vue, Corneille, Le Brun, Lully, Vatel, Molière, La Fontaine…


Il n’en oublie pas pour autant ses fonctions et renfloue les finances de l’état
, après le chaos financier de 1648, en imposant une réévaluation de la livre.

Louis XIV a dépensé inconsidérément, il a besoin d’argent pour entretenir ses fastes et payer ses régiments.

 

Les dépenses frénétiques du Roi aboutiront à une accalmie de courte durée, en 1654 les caisses de l’état sont de nouveau désastreuses,  Nicolas Fouquet, ses fonctions et ses relations aidant (il crée de nouveaux impôts)
ainsi que son mentor le Cardinal de Mazarin devront s’engager sur leur propre fortune pour redresser une nouvelle fois les finances.

 

Après avoir fait l’acquisition de la vicomté de Vaux, il y fait bâtir dès 1653 une « maison de plaisance », les travaux colossaux en feront une demeure digne d’un roi.


Les terres en friches sont remplacées par un gigantesque et symétrique jardin à la française paré de cascades, de pièces d’eau et de dentelles de buissons, œuvre d’André Le Nôtre qui deviendra jardinier du Roi,
la vieille demeure fait place à un magnifique et imposant château bâti par un architecte de grande réputation, Louis Le Vau.


A l’intérieur, il fait installer une bibliothèque rayonnée de livres rares et précieux.

Nicolas Fouquet admire les littérateurs, ainsi il protège de célèbres auteurs tels que Molière et La Fontaine.

 

Après la Paix des Pyrénées, il se brouille avec Mazarin et cherche dès lors à se créer un parti, il achète Belle-Isle pour s’en faire une place de sûreté.

Il trouve un nouvel adversaire en la personne de Colbert (recommandé par Mazarin auprès du Roi) qui s’emploie à sa perte auprès de la royauté et dévoile les irrégularités de sa comptabilité.

 

L’éclat ostentatoire de la fête que Nicolas Fouquet offre à Louis XIV au somptueux château de Vaux-le-Vicomte pour l’apaiser, n’a pour effet que d’exaspérer l’orgueil royal et de rendre sa disgrâce inévitable.

 

Quelques mois après la mort de Mazarin, il est arrêté à Nantes le 5 septembre 1661 sur ordre du Roi et traduit devant une chambre de justice pour péculat et rébellion.

L’acharnement de Colbert, son enrichissement personnel et ses malversations ont engendrés sa perte.

 

Le procès durera plus de quatre ans et passionnera l’opinion publique.


Il est condamné au bannissement
(la pendaison avait été requise par le procureur), peine que Louis XIV de sa haute autorité aggravera en détention perpétuelle.

 

Ses amis littéraires, Pellisson, Saint-Evremont, Madame de Sévigné, Mademoiselle de Scudéry publient des libelles pour défendre leur mécène, chose vaine, s’ils ont fait fléchir la Cour de Justice, leurs satires renforcent le jeune Roi dans sa décision, l’appel de La Fontaine à la clémence n’y fera rien, Louis XIV ne cèdera pas.

 

A la grande satisfaction de Colbert, Nicolas Fouquet est transféré à la forteresse de Pignerol, il est mis au secret absolu et meurt le 3 avril 1680 après 16 ans d’emprisonnement.



Rédaction du texte CGP






Petites annonces 
 Les Offres
 Les Recherches
 Poster une annonce
 Meubles & Objets volés

Actualités 
 Art & Patimoine

Espace Pro 
 Inscription Annuaire
 Inscription Galerie
 Publicité sur le site
 Logos, vignettes
 Communiqués de Presse
 Ventes aux enchères
 Création de site
 Partenaires


plus d'infos sur la Galerie Gismondi à Paris

Aller sur le site de PHILIPPE ROUILLAC - Expert, commissaire priseur

Voir le site de GALALITHE ANTIQUITES ART DECO XX SIECLE

en savoir plus sur Mr Taconné, Maitre Luthier à Bordeaux


Lire le dossier sur l'Absynthe, heure de la fée verte


Lire notre dossier sur Frédéric Bazille - L'impressionniste Languedocien


Lire notre dossier sur J.B. Lully


Lire le dossier Coco Chanel – "Un parfum de solitude et de réussite"



Google+

 
 
 Accueil   Qui sommes nous   Contactez-nous   Incrivez votre site   Publicité